La cité du ciel – Amy Ewing

 

CHRONIQUE LIVRE #466 : La cité du ciel – Amy Ewing

Résumé :

 

 

La cité du ciel / Collection R
450 pages                  18,90€

 

Dans trois jours, Sera Lighthaven procédera au plus grand acte de foi qu’une Céruléenne puisse accomplir, annonça la grande prêtresse. Elle plongera du promontoire situé dans les jardins Nocturnes et répandra son sang pour rompre le cordon. Elle sera honorée et chérie par nous toutes tandis que nous voyagerons vers notre nouvelle destination.  »
Sera se sentait comme engourdie. Son cerveau refusait de faire le lien avec ce qu’elle venait d’entendre, comme si la grande prêtresse parlait de quelqu’un d’autre.

Nous sommes les Céruléennes, notre sang est magique.
Ces mots prirent un sens nouveau et absolument terrifiant à ses oreilles. Son sang allait causer sa mort…

 

 


AVIS :


 

 

Je remercie la Collection R pour l’envoi de ce livre !

 

 

 

J’ai mal au coeur de l’avouer mais ça ne l’a pas fait avec moi. Je n’ai pas accroché à l’histoire, aux personnages bien qu’intéréssants, aucun ne m’a réellement attendrie ni donner envie d’en savoir plus.
Pourtant tout commençait bien. J’ai adoré le premier quart de ce roman. Je suis rentrée dans l’histoire tout de suite, très vite happée par ce que l’auteure me proposait. Les 80 premières pages m’ont totalement convaincue. On avançait à tâtons dans un univers extrêmement riche, matriarcal, bourré de douceur et de magie. Le lecteur fait connaissance avec ce peuple nouveau que sont les céruléennes, leur dons, leur habitudes, leur quotidien. On découvre Sera, personnage surprenant et très courageux qui se voit être choisie pour sauver son peuple.

Bien que cela reste très introductif, j’ai apprécié ces longues pages qui nous permettent de réellement se fondre dans l’univers et en apprécié l’originalité. Car c’est je pense, le point fort de ce roman. Et j’ai de la peine à le dire, mais peut-être le seul à mes yeux.
L’intrigue est folle. Ou en tout cas le chemin que ce début de roman prends. L’idée de mixer toute cette mythologie, cette magie avec un autre monde beaucoup plus humain et terre à terre était très intéréssante. Les céruléennes également sont fascinantes. Ce peuple où il n’y a que des femmes m’a beaucoup plus. Où les hommes n’y ont pas réellement d’intérêt, où l’homosexualité est bien mit en place, j’ai adoré. Ce girl power et cette manière d’assumer leurs forces m’ont fait sourire de nombreuses fois. Ce pan de l’histoire m’a fasciné et pourtant n’a pas réussi, à lui seul, à me charmer.

Vient la seconde partie et où tout pour moi part en sucette. On fait la connaissance de nouveaux personnages, de jumeaux, qui vivent eux sur une planète qui se rapproche le plus de la notre. Leur quotidien se mêle à celui de Sera et entraine le lecteur dans une intrigue et vers un chemin qui ne m’a absolument pas convaincue. J’ai été réellement déçue de ne pas autant accrocher que certains, d’être resté aussi imperméable à ce qui leur arrivait.
Je me suis perdue en chemin. Et c’est dommage car la plume d’Amy Ewing et le potentiel de cette histoire est intéréssant. Malheureusement je n’ai pas été la cible et le rythme trop lent et trop irrégulier à fini de me convaincre de le terminer rapidement pour passer à autre chose. Vous l’aurez compris c’est une déception pour moi, moi qui fondait de gros espoirs sur cette fantasy si prometteuse.

 
 
 

*Moi quand j’ai compris que ça n’allait pas le faire*

 

En espérant que cette chronique vous ait donné envie,

 

 

 


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s