The Curse, T1 – Marie Rutkoski

CHRONIQUE LIVRE #279 : The Curse, T1 – Marie Rutkoski

Résumé :

 

 

Fille du plus célèbre général d’un empire conquérant, Kestrel n’a que deux choix devant elle : s’enrôler dans l’armée ou se marier. Mais à dix-sept ans à peine, elle n’est pas prête à se fermer ainsi tous les horizons. Un jour, au marché, elle cède à une impulsion et acquiert pour une petite fortune un esclave rebelle à qui elle espère éviter la mort. Bientôt, toute la ville ne parle plus que de son coup de folie. Joueuse hors pair, stratège confirmée, elle a la réputation de toujours savoir quand on lui ment. Elle croit donc deviner une partie du passé tourmenté de l’esclave, Arin, et comprend qu’il n’est pas qui il paraît… Mais ce qu’elle soupçonne n’est qu’une infime partie de la vérité, une vérité qui pourrait bien lui coûter la vie, à elle et à tout son entourage. Gagner sera-t-il pour elle la pire des malédictions ?

 

 

_________________

***
 


AVIS :


 

Je remercie les éditions Lumen pour ce gain concours !

 

« The Curse » est une jolie découverte. Pas un coup de cœur mais une jolie surprise du genre qu’on attendait pas. Ce bouquin me faisait énormément de l’œil. Je l’avais vu en VO et depuis qu’on avait annoncé sa sortie en version française, je trépignais de pouvoir me faire un avis. Pour le coup, une fois terminé, j’en ressors un peu mitigée je dois bien l’avouer. J’ai aimé pas mal de choses, mais certaines ont un peu freiné la claque que j’aurais pu me prendre.
Si vous ne connaissiez pas l’histoire avant d’atterrir sur cette chronique et que vous avez cliquez uniquement pour la magnifique couverture, restez et laissez moi vous la raconter… Nous sommes en pleine époque où les Valoriens ont pris l’ascendant sur les Herranis et les emploient comme esclaves. On va donc suivre une jeune femme, Kestrel, fille du Général Trajan, qui, sur un coup de tête, a acheté Arin. Mais celui-ci cache des secrets que personne n’aurait pu seulement imaginé…

Marie Rutkoski a une écriture vraiment particulière. Une écriture qui fait ancienne et qui correspond parfaitement à l’ambiance même et à l’aura de l’histoire. J’ai adoré cette atmosphère. J’ai adoré que le livre rappelle et s’inspire de la conquête de l’Empire romain. Cette guerre entre les Valoriens et les Herranis était très intéressante et apportait cette touche historique qui donne ce charme au récit. Tout était propice pour que le lecteur soit transporté à cette époque si particulière : les robes grandioses, les bals, les immenses villas, jusqu’à l’esclavage même et le langage des personnages. Tout était parfaitement installé pour qu’on visualise à la perfection les luxueux endroits.
Entre guerre, complots et liaisons dangereuses, je trouvais l’idée de base du roman très sympa. Malheureusement ce que je reproche à ce livre c’est le manque d’action. Je m’attendais à beaucoup plus de retournements de situation, beaucoup plus de chamboulements. C’est un tome qui reste assez introductif. Bien sur on apprend des choses, on sent la révolte, on aperçoit la haine et la rancœur entre les deux clans, mais j’ai trouvé que ça restait peut-être un peu trop en surface dans ce premier volet. On passe la majeure partie à nous présenter les personnages, leur rôles, les liens qu’ils ont entre eux, mais l’action pure tarde vraiment à arriver ce qui rend l’intrigue plus molle que ce que j’espérais.

 

 

 

Néanmoins le fait qu’il y ait deux points de vue apportait un rythme bienvenu à l’histoire.
On suivait à la fois Kestrel, fière Valorienne et Arin l’esclave Herrani fougueux et mystérieux. J’ai adoré pouvoir suivre leurs deux points de vue, et voir avancer l’histoire de cette manière en alternant entre eux deux. Le fait qu’on puisse avoir une vue d’ensemble sur les deux camps apportait vraiment une crédibilité à l’histoire et permettait au lecteur d’entrevoir la complexité de leur relation. C’était à la fois sombre et à la fois bourré d’espoir.
Malgré de nombreuses longueurs, j’ai trouvé l’aspect romance très intéressant. Un esclave et une fille de général. Amour impossible me diriez vous. Une culture et une vision des choses radicalement différente qui finalement va les réunir. J’ai trouvé leur relation, sans la nommer histoire d’amour car ce n’est clairement pas le mot juste, très mignonne et tendre à leur manière. C’était timide et réservé et j’ai apprécié les découvrir de cette manière. Pour une fois je n’ai pas trouvé cela cliché et ça fait du bien ! L’auteure fait clairement le choix de ne pas centrer son histoire uniquement sur leur relation et nous montre qu’il y a beaucoup plus important à gérer. Ils baignent dans la guerre, la révolution et pourtant ils ne peuvent ignorer les sentiments qui se sont développer entre eux au fil des semaines. J’ai vraiment apprécié ce côté plus doux du bouquin, qui reste aussi présent que l’aspect politique et fantasy du livre.

 

Je reste quand même un peu déçue par ce livre dans le sens où j’ai accroché à la plume de Marie Rutkoski sans pourtant y être immergée à 100%. C’est assez contradictoire et c’est pourtant ce que je ressens.
J’ai apprécié suivre Kestrel et Arin, j’ai apprécié la tournure que prenait le livre, mais j’ai trouvé la plume trop conventionnelle. Je n’ai pas été entraînée plus que ça par l’histoire, je n’ai pas ressenti cette urgence à le lire, je suis restée pas mal en suspend à regarder l’intrigue d’en haut se dérouler, sans vraiment me trouver au cœur de l’action même. Ce qui fait également que je ne me suis pas attachée plus que ça à Kestrel qui pourtant est une force de caractère. Les derniers chapitres eux, par contre, sont assez ébouriffants, le livre se termine sur une scène qui ne peut qu’intriguer et donner envie de connaître la suite. J’ai vraiment envie de voir comment tout va se goupiller, quelles décisions nos personnages vont-ils prendre, vont-ils favoriser leur cœur ou leur clan ? Leur sang ou leur sentiments ? Tant de questions qui trouveront leurs réponses dans le second tome que je lirais avec grand plaisir !

 

 

*Moi à la fin du roman*

 
 

En espérant que cette chronique vous ai donné envie,

 
 
 

Publicités

4 réflexions sur “The Curse, T1 – Marie Rutkoski

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s