La cave – Natasha Preston

 

CHRONIQUE LIVRE #269 : La cave – Natasha Preston

Résumé :

 


Imaginez une maison comme n’importe quelle autre. Dedans, une pièce. Dans cette pièce, une armoire. Derrière cette armoire, une porte. Au-delà de cette porte, des escaliers. Et en bas, une cave. Une cave où sont séquestrées trois filles, Rose, Iris et Violette, soumises à la folie maniaque et meurtrière d’un homme : Trèfle. Dans une autre maison, dans une ville où il ne se passe jamais rien, Summer mène une vie parfaitement banale. Elle a des parents, un frère, des copines, un petit ami. Mais un soir, sa route croise celle de Trèfle, et Summer ne rentre pas chez elle. Elle se retrouve enfermée dans une cave en compagnie des autres filles et rebaptisée Lilas. Mais contrairement aux autres filles, elle n’est pas prête à accepter son sort jusqu’à faner et dépérir…

 
 
 
 
 

SORTIE PRÉVUE AUX ÉDITIONS HACHETTE LE 19 AVRIL 2017 !

 


AVIS :


 
 

Ce bouquin ! Non mais ce bouquin ! J’ai adoré. Je l’ai dévoré. Il a tout ce dont j’espérais quand je l’ai commencé : su suspense, de la tension, de l’émotion, de l’adrénaline, du rebondissement. C’était à la fois glauque et intense, magnifique et terrifiant. Un petit bijoux sans conteste. 
Si vous n’aviez encore jamais entendu parler de ce livre, ouvrez grands les yeux et tendez l’oreille au maximum, soyez attentifs et concentrez-vous car je vais vous parler d’une histoire qui vous fera frissonner de peur et de dégoût. Imaginez-vous la nuit, vous marchez tranquillement, quand un homme vous appelle. Non pas par votre prénom, mais par un autre. Rose, Lilas, Iris ou Violette. Des prénoms de fleurs. Vous ne comprenez pas, vous commencez à avoir peur. L’homme se rapproche, vous appelle de nouveau, il est déterminé, fort. Et puis c’est déjà trop tard. Vous vous réveillez dans une cave, dieu seul sait où, en compagnie de trois autres jeunes filles. L’homme se fait appeler Trèfle, et dans son esprit pervers vous faites désormais partie de sa famille. Le cauchemar ne fait que commencer…

 

 

Je partais avec un avantage : le thème. C’est totalement ma came quand on mêle thriller et lecture adolescente je ne pouvais donc qu’aimer non ? J’apprécie beaucoup les policiers en général, j’aime ce genre d’histoire où il est question de kidnapping. Je trouve le concept et l’intrigue originale et c’est vrai que j’ai tout de suite accroché au style de l’auteur. L’idée est totalement tordue mais vraiment prenante.
C’était vraiment intéressant car en lisant le résumé je savais ce qui allait arriver à Summer : son enlèvement, sa captivité, sa cohabitation avec les autres filles, la peur etc… Et pourtant on commence l’histoire en suivant Summer dans sa chambre, inconsciente de ce qu’elle va vivre à peine quelques heures plus tard. J’ai beaucoup aimé la découvrir avant ce drame et voir sa relation avec sa famille et son chéri. Au fil des chapitres on la voit finalement changer. On l’a connu avant et on voit l’après. On suit Summer, et Lilas, et on finit par ne plus croire que c’est la même personne tant tout ce qu’elle vit la change et la transforme.

Le gros point positif de ce roman, c’est définitivement l’alternance des points de vue.
Si on avait suivi uniquement Summer durant tout le livre, je pense que cela aurait été trop redondant et peut-être même ennuyeux, mais là ce n’est pas le cas. On suit bien évidemment Summer dans la cave, qui nous dévoile son quotidien. Ce sont toujours des passages oppressants et surréalistes par moment. Puis c’est au tour de Trèfle et là on pénètre dans son esprit et on a enfin un aperçu de comment il pense. J’ai trouvé ça vraiment très intéressant de pouvoir un peu sonder ses pensées et comprendre comment il vit cette situation, et comment il s’illusionne. Et enfin, on suit Lewis, le petit ami de Summer. On le suit lorsqu’il apprend la disparition de Summer, puis dans ses intensives recherches. Autant les passages de Summer et Trèfle sont parfois terrifiants et absurdes, autant ceux de Lewis sont teintés de douleur et d’émotions.
L’ambiance de ce roman est totalement dingue, c’est à la fois glauque, angoissant mais aussi plein d’espoir et d’amour… De quoi complètement perdre pied. C’est bien mis en place, une fois le nez plongé dedans, il est impossible de penser à autre chose.

 
 

Il a souri en montrant ses dents trop blanches et trop bien alignées.
Tout en lui était impeccable : sa peau, ses cheveux, ses vêtements, repassés avec soin, ses maudites dents.
L’image du loup déguisé en agneau lui allait comme un gant.

 
 

En plus de l’alternance des points de vue on a également le droit à des bonds dans le temps. On peut passer d’un chapitre au présent, à un de l’année 2005 où on apprend comment Trèfle en est venu à vriller de cette manière. On a droit également à entrapercevoir des bouts de l’adolescence de Summer, son premier baiser avec Lewis et pleins de petits passages comme celui-là rajoutés à l’intrigue principale pour apporter un peu plus de rythme et de détail. Que dire à part que j’ai adoré ? C’était totalement addictif et vraiment très bien fait.
Autant j’ai aimé ces bonds dans le temps, autant ils m’ont tout de même pas mal dérouté. J’ai été parfois un peu paumée entre les époques. On est tantôt au présent avec Summer alias Lilas, puis on repart et on suit Trèfle bien des années en arrière lorsqu’il ramène les 4 premières « fleurs-filles » à la maison, et les dates se ressemblant toutes j’ai de nombreuses fois mis quelques minutes à comprendre où me placer dans l’histoire pour ne pas tout confondre. Mais honnêtement ça ne gâche en rien l’intensité du récit.

J’ai dévoré la dernière partie d’une traite. J’étais tout simplement incapable de le reposer avant de savoir comment cette histoire sordide allait se terminer.
J’étais à la fois anxieuse et excitée de connaître le dénouement j’avais cette pression quand je sentais que tout allait basculer d’un moment à l’autre. J’ai trouvé la dernière partie vraiment haletante c’était douloureux à lire mais c’était aussi magnifique pour plein de raisons. Ne vous attendez pas à un retournement de situation et à un twist de fou, c’est attendu, ça reste un thriller young-adult assez simple, avec un dénouement qui ne va pas vous surprendre plus que de raison. Mais vraiment cela vaut le coup. Oui ça se termine simplement, mais c’est exactement ce que l’on demande au final. Je vous le conseille mille fois c’est une lecture qui n’est pas de tout repos, qui va mettre vos nerfs à l’épreuve plus d’une fois, mais c’est une lecture qui mérite qu’on la lise.
Je tire mon chapeau à Natasha Preston qui signe avec « La cave » un récit brûlant, juste et bouleversant ! C’est une petite pépite littéraire qui m’a déchiré le cœur.

 
 

*Moi durant ma lecture*

 
 
 

En espérant que cette chronique vous ai donné envie,

 
 

Publicités

8 réflexions sur “La cave – Natasha Preston

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s