Lettres de chair – Peter James

 

CHRONIQUE LIVRE #262 : Lettres de chair – Peter James

Résumé :


L’appel de sa fiancée, Logan Somerville, hantera à jamais l’esprit de Jamie Ball. Alors qu’elle garait sa voiture dans le parking souterrain de leur immeuble, elle s’est mise à hurler, puis l’appel a été coupé. La police arrive sur les lieux en moins de vingt minutes, mais Logan s’est volatilisée dans les airs, laissant derrière elle voiture et téléphone portable.
Ce même après-midi, au bord du lagon de Hove, des ouvriers découvrent le squelette d’une femme d’une vingtaine d’années, décédée 30 ans auparavant. À première vue, pour Roy Grace et son équipe, ces éléments semblent complètement déconnectés. Mais une autre jeune femme de Brighton est portée disparue, qui ressemble comme une sœur à Logan…  Après 80 ans, la ville de Brighton abrite-t-elle un nouveau serial killer ?

 
 
 

SORTIE PREVUE DE « LETTRES DE CHAIR »
AUX EDITIONS FLEUVE LE 13 AVRIL 2017 ! 

 
 


AVIS :


 

 

« Lettres de chair » est un livre policier qui m’a fait passé un excellent moment. Qui m’a diverti, qui m’a plongé dans son histoire le temps de 400 pages, et qui, même si ce n’est pas un coup de coeur, m’a permi de découvrir enfin la plume de l’auteur.
Dès le début, le lecteur est mit à contribution. On démarre sur les chapeaux de roux. Une jeune femme disparaît, son petit ami en panique appelle la police, on fait tout de suite connaissance avec une multitude de personnages dont Roy Grace, notre commissaire vedette.

Je partais avec un léger désavantage : Je n’avais jamais lu de Peter James auparavant.
Je sais que c’est mal, c’est un nom très connu dans l’univers du policier. J’avais lu plusieurs fois qu’il était plus sympa de commencer par ses premières enquêtes car Grace est le personnage principal de cette saga, tout tourne autour de lui, mais je n’avais sincèrement pas l’envie de rattraper tant de tomes, et je n’avais surtout pas le temps. C’est donc avec l’esprit un peu embrouillé mais une vive envie de découvrir l’histoire que je me suis plongée dans lettres de chair.
Et c’est vrai que j’ai payé parfois le prix de mon ignorance. Au fil de notre lecture, on prends conscience que le personnage de Grace a un vécu que je n’ai pas pu comprendre entièrement, on nous parle dans ce tome de personnages que je n’ai pas connu mais qui, on nous le fait bien sentir, ont une grande importance et qui n’ont pas fini de soulever tout un tas d’interrogations, c’est dommage car je n’ai pas pu m’investir autant dans ma lecture qu’un lecteur assidu de cette saga. Même si on arrive un peu comme un cheveu sur la soupe, le fait qu’on ignore tout des anciennes histoires et de son passé à Roy ce n’est pas non plus très grave. Oui on passe à coté de certaines choses, mais chaque livre à  son intrigue propre à elle. On est simplement u peu pénalisé vis-à-vis de ceux qui ont vu Roy évoluer. Si je peux vous donner un conseil, commencez dans l’ordre si vous en avez le courage, mais si uniquement celui-ci vous tape dans la rétine, foncez je n’ai pas été dérangé personnellement durant ma lecture. Quelque points et passages restent un peu flou et dans l’ombre mais ce n’est pas très grave c’était tout de même une lecture très agréable.

 
 

Elles portaient l’empreinte de la mort gravée sur leur corps.

 

 

Le livre peut-être un peu déroutant au début car plusieurs enquêtes se mêlent.
On ne comprends pas tout tout de suite, et c’est normal d’être un peu paumée au commencement, mais plus on avance, plus les pièces du puzzle prennent forme et nous éclaire. Je dois bien avouer que des le début on sent la dextérité du bonhomme. Peter James, avec sa plume entraînante et ses chapitres courts ne vous laisse pas le temps de souffler. Le fait qu’il y ai deux enquêtes apportent vraiment quelque chose. D’un côté un squelette déterré vieux de plus d’une vingtaine d’année au moins et de l’autre, la disparition d’une jeune femme de 24 ans dans un parking souterrain. On sait que tôt ou tard les deux énigmes se rejoindront mais on ignore tout de leur lien au départ. C’était réellement très intriguant de voir et de suivre en temps réel toutes les étapes de la résolution de cette terrible enquête.
Pour être tout à faire honnête, j’avais peur d’être déçue par le côté peut-être trop simpliste et vu et revu de l’intrigue et ce fut le cas en un sens. Je n’ai pas ressenti cet engouement et cette claque que je peux avoir pour les thrillers hors du commun. C’est une une très bonne enquête, crédible, bien menée mais rien de terriblement original ou novateur. Le schéma est en somme banal, mais c’était sympa à lire, ça c’est littéralement dévoré et ça c’est un bon point, on ne s’ennuie pas.
 

Ce que j’ai adoré dans ce livre c’est le fait qu’on ai plusieurs point de vue.
Le point de vue du tueur, du flic ET de la victime. On voit l’enquête avançait petit à petit mais ce qui me plaisait le plus c’était de pouvoir entrer dans la tête de ce meurtrier et suivre l’état des victimes. C’était vraiment intéressant et je pense que ceux qui aiment ce procédé seront ravis, on apprends ses motivations et comment il en est arrivé à vriller et à tuer pour le plaisir. C’était à la fois malsain, horrifiant et terriblement captivant de la pire des manières. Pourtant ce n’était pas gore, on n’est pas dans du gros thriller c’est un policier tout ce qui a de plus classique mais ce petit détail des voix multiples fait toute la différence, ça créer vraiment un rythme qui m’a rendu ma lecture deux fois plus addictive.

La fin est par contre tellement frustrante ! Je m’attendais pas à ça et j’aurais aimé autre chose. Je n’aime pas ce genre de fin ouverte, alors oui bien-sur c’est pour montrer qu’il y aura un autre livre après celui-ci, pour montrer que la saga n’est pas terminé, qu’il y aura d’autres enquêtes et mystères autour de Roy Grace, mais je déteste l’idée de ne pas être vraiment fixée. C’était très frustrant mais ça ne m’enlève pas l’idée que c’était bien sympa. Ce n’était pas ébouriffant, ce n’était pas un roman qui marque les esprit mais c’est une bonne enquête policière intelligente et divertissante.
Je recommande ! 🙂

 

 

*Moi quand j’ai vu que Peter James avait clos son roman avec une fin ouverte*

 
 
 

En espérant que cette chronique vous ai donné envie,

 
 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s