L’effet papillon, Tome 1 : Galilée – Lily Haime

CHRONIQUE LIVRE #230 : L’effet papillon, T1 Galilée – Lily Haime 

Résumé :

910gyvhnqfl

capture-decran-2017-01-20-a-11-59-06

Alexandre vit dans l’ombre d’un père tyrannique, homophobe, violent et alcoolique. Quand il referme la porte de chez lui, il sait que tout peut basculer. Au milieu d’une famille défaillante, bancale, au trouble secret, Alexandre mène une vie imparfaite, parfois douloureuse. Pourtant, il ne se résigne pas, jamais, luttant silencieusement pour ses propres rêves. Humbles et simples, mais ce sont les siens. Un jour, il percute Jamie. Et dans le regard d’or du jeune homme, Alexandre voit ressurgir l’ombre d’un souvenir d’enfance. Un battement d’ailes. Comme un combat contre lui-même, contre ses craintes, contre ses peurs…
Un effet papillon. Comme l’amour.

sticker-papillon-bleu-planche

 
 
 
 
 
 

– Avis –

Je tiens à remercier les éditions MxM BOOKMARK pour l’envoi de ce livre !

 

Je ne connaissais l’auteur que de nom. Des histoires M/M, je n’en avais lu que très peu. Un bonne lecture pour Aristote et Dante, un coup de cœur pour Moi Simon 16 ans homosapiens. Du jeunesse, du young-adult, pas de quoi se faire un réel avis.
Je voulais découvrir une histoire forte, je voulais que ce soit intense et vrai, pas de faux semblants ou de censure, et je dois dire que je n’ai pas été déçue avec Galilée.

« L’effet papillon » est un putain de bouquin.
Pour vous raconter l’histoire en quelques mots, tout commence par un prologue qui plonge le lecteur dès les premières lignes dans une ambiance qui colle à la peau tout le reste de l’histoire. On fait la connaissance d’Alexandre, à peine âgé de 5 ans, face à un père alcoolique, violent et homophobe. On le découvre ensuite bien des années plus tard, il a maintenant 17 ans, essayant de vivre dans une famille qui ne tient plus debout. C’est crade, c’est violent, mais qu’est-ce que c’était bon ! La plume est très belle, très poétique, c’est hyper addictif et ça se bouffe réellement en un rien de temps, car on meurt d’envie de savoir comment les choses vont se dérouler. Si vous pensez avoir affaire à un roman ennuyeux, laissez-moi vous dire tout de suite que c’est tout le contraire. L’histoire peut paraître assez simple et pourtant le quotidien de notre personnage principal se révèle plein de surprises. C’est très rythmé et très sympa à lire.

J’ai autant aimé la relation d’Alex et Jamie que je l’ai détesté.
Je m’explique. J’ai adoré la manière dont ils s’apprivoisent, Jamie n’a pas froid aux yeux et pourtant Alex s’entête à se voiler la face et à repousser ce que son cœur lui crie. Comment pourrait-il être attiré par un garçon alors qu’il tombe des filles depuis ses 14 ans ? Et pourtant le cœur a ses raisons que la raison ignore. J’ai trouvé l’évolution de leur relation vraiment très belle et très vraie. C’est le fait que ce soit aussi crédible qui m’a fait autant adorer ce livre. C’est pas précipité on sent qu’ils prennent leur temps, Alex attend de vraiment comprendre ce qu’il ressent avant de se lancer. Et une fois qu’ils ont sauté le pas c’est flagrant qu’ils ne peuvent pas vivre l’un sans l’autre. J’ai vraiment apprécié le fait que Jamie apprenne à Alex à aimer. Il lui montre enfin la douceur qui lui a cruellement manqué dans son enfance, la passion et la sécurité.
Mais d’un côté j’ai été aussi un peu agacée par leur sautes d’humeur. Oui des secrets les éloignent, oui ce n’est pas facile d’assumer son orientation sexuelle à ses amis mais ce n’est rien, je n’ai pas compris pourquoi tant d’appréhension pour si peu finalement. J’ai détesté souvent Alex pour ses coups de sang, son côté trop brutal et haineux quand parfois, il repoussait Jamie.
Je pense que j’aurais encore plus aimé le bouquin si ce n’était pas constamment des « je t’aime, moi non plus ».

Le gros point positif de l’histoire pour moi c’est vraiment l’ambiance et le contexte.
Ça aurait pu être une énième romance homosexuelle parmi tant d’autres et pourtant c’est beaucoup plus que ça à cause du père d’Alexandre. J’ai haï cet homme. Pour son tempérament égoïste et ses préjugés à la con. Pour ses idées préconçues et son esprit étriqué. J’ai haï l’emprise qu’il a sur Alexandre, le rabaissant constamment et l’empêchant d’être celui qu’il est vraiment.
Le fait que l’aura de son père pèse sur lui apportait vraiment quelque chose au roman, une sorte de danger permanent, la peur de se faire surprendre, démasquer, la peur de devoir affronter quelque chose qui le dépasse complètement. J’ai vraiment beaucoup aimé même si j’ai eu beaucoup de peine pour Alex qui subit tout ça depuis qu’il est gosse. Concernant l’épilogue… C’est une torture ! Soit Lily Haime n’aime pas ses lecteurs soit c’est une vraie tyran ! Haha.

J’ai terminé le roman à cran, les dents serrées et le cœur gros. Inutile de vous dire que j’ai terriblement envie de connaître la suite de ce diptyque qui m’a tenu aux tripes.
« L’effet papillon » est une véritable ode à l’amour et à la tolérance, c’est une oeuvre magnifique à la fois dure et douce qui fera fondre les cœurs les plus sceptiques. Ouvrez-vous et laissez-vous emportez par cette plume merveilleuse qui fait sauter toutes les barrières. Une très belle découverte que je vous conseille mille fois !

 
 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s