Moi, Simon 16 ans, Homo Sapiens – Becky Albertalli

CHRONIQUE LIVRE #193 : Moi, Simon 16 ans, Homo Sapiens – Becky Albertalli

• Résumé :

logo_301828

 

capture-decran-2016-11-18-a-21-04-29

Simon Spier, 16 ans, est gay. Personne n’est au courant.

Les seuls moments où il est vraiment lui-même, c’est bien à l’abri derrière l’écran de son ordinateur. C’est sur un chat qu’il a « rencontré » Blue. Il ne sait pas grand-chose de lui.
Simplement : 1/ Ils fréquentent le même lycée.
2/ Blue est irrésistible.
3/ Il l’apprécie énormément. (Pour être tout à fait honnête, Simon commence même à être un peu accro.)

 

Avis : Waw ce livre ! Pourquoi je ne l’ai pas lu avant bon sang ?!

Pour vous raconter l’histoire en quelques mots, on rencontre Simon un adolescent qui, un jour, va faire la connaissance de Blue un mystérieux garçon sur un tchat. Élève dans le même lycée que lui, Simon et Blue vont développer une relation fusionnelle et dévorante. Je ne vous en dis pas plus, jetez-vous dans ce livre sans en savoir trop, je n’avais pas relu le résumé avant de l’attaquer, je savais simplement qu’il me tentait il y a quelques années et bon dieu que j’ai bien fait d’enfin m’y mettre !

Comment réussir à décrire ce coup de foudre si puissant et ravageur que j’ai eu pour ce bouquin ?
Si bien que je regrette mille fois de ne pas le posséder en papier tant il m’a plu et bouleversé. J’ai adoré cette histoire du début à la fin. De l’intrigue, au caractère de Simon notre personnage principal, en passant par ses amis, et sa relation avec Blue. J’ai adoré la narration, les inserts des mails qui donne un vrai rythme… Tout était réuni pour que je passe un excellent moment. Encore une fois, je pense qu’il sera dur pour moi de réussir à poser des mots sur les sentiments que je ressens, j’espère tout de même vous transmettre cette envie de vous le procurer et de vous plonger dedans au plus vite.

L’histoire ne payait pas de mine au départ je dois bien le reconnaître, je recherchais une lecture rapide, un bouquin de young-adult qui se dévorerait vite et c’est finalement sur l’oeuvre de Becky Albertalli que j’ai jeter mon dévolu. « Moi, Simon 16 ans Homo sapiens » est un magnifique ode à la tolérance. J’ai adoré chaque mot, chaque tournure de phrase, chaque idée sous-jacente. Le thème de l’homosexualité, surtout abordé au lycée comme l’a fait l’auteur peut-être très vite cliché si c’est mal écrit, mais ce n’est pas du tout le cas ici. Il y a beaucoup de respect dans ce livre et c’est ce qui m’a vraiment séduite. J’ai trouvé la plume poétique et douce, c’est un roman doudou qui soulève tout de même d’importante questions : Simon relève quelque chose de très important, pourquoi être gay ne serait pas dans la normalité ? Pourquoi est-ce aux gays de toujours devoir faire leur coming-out ? Pourquoi les hétérosexuels, eux, ne s’angoisserait pas de devoir annoncer à leur famille leur orientation sexuelle ? J’ai trouvé ce point vraiment très intéressant et abordé de manière très simple, du fait que chaque adolescent puisse comprendre son point de vue.

Les personnages sont également tous géniaux. Mon petit coup de cœur reste tout de même pour Simon bien sûr. Comment ne pas craquer devant un ado aussi attachant ? J’ai également beaucoup aimé sa relation avec Blue. Chacun se satisfait de leur correspondance virtuelle tout en désirant ardemment savoir qui se cache derrière leur pseudos. J’ai aimé ce jeux du chat et de la souris entre eux, leurs flirts, qui fait qu’on ne peut que s’attacher à leur relation. Les amis et les parents de Simon sont également de beaux personnages, j’ai aimé leur caractère et leur réaction qui m’a fait sourire à de nombreuses reprises.

Si vous pensez avoir affaire à un young-adult simple et ennuyant, je vous arrête tout de suite, vous vous trompez complètement. Ce bouquin a beaucoup de rythme, déjà car la vie de Simon est loin d’être ennuyante et qu’il s’y passe pas mal de choses, mais également car l’auteur insère pas mal de mails, des conversations entre les deux jeunes hommes. On voit petit à petit leur relation se souder, et ça donne très envie de connaître comment tout cela va se terminer, mais surtout QUI se cache derrière « Blue ».

Si vous ne l’aviez pas encore compris, je vous recommande ce bouquin à 1000% !
Poétique, avec un beau message, un thème bien abordé et des personnages haut en couleurs mais tous très attachants, « Moi, Simon 16 ans Homo Sapiens » est un réel coup de foudre. Foncez découvrir l’histoire créer par Becky vous n’en ressortirez pas indemne !

Pour la note : 19/20.

Publicités

Une réflexion sur “Moi, Simon 16 ans, Homo Sapiens – Becky Albertalli

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s