Comment j’ai appris à voler – Kathryn Holmes

CHRONIQUE LIVRE #190 : Comment j’ai appris à voler – Kathryn Holmes

(382 pages) – 17 €

Résumé :

14958544_10207954556798520_335419924_n

 

Sam rêve depuis toujours d’être une ballerine professionnelle. Mais c’était avant que son corps ne s’en mêle, à s’arrondir à des endroits inappropriés…

Bientôt, la jeune fille qui la regarde dans le miroir devient une étrangère. Après une série d’attaques de panique, sa mère – qui ne fait qu’accentuer ses complexes – décide de l’envoyer dans un centre de traitement pour jeunes filles rencontrant des problèmes d’acceptation de soi.
Obligée de se livrer devant de parfaits étrangers, Sam n’a plus le choix. Si elle veut participer au ballet dont elle rêve tant depuis des mois, elle doit aller jusqu’au bout du programme. 

Elle trouve du réconfort auprès du bel Andrew, l’un des animateurs, et apprend peu à peu à dompter ses démons.

Mais alors que les désillusions et les trahisons s’enchaînent, Sam trouvera-t-elle la force d’accomplir ses rêves ?

 
 

Avis : J’ai terminé ce roman il y a déjà plus d’une semaine, et je dois dire que mon avis sur ce bouquin à évolué. J’ai l’habitude d’écrire mes avis à chaud, ou bien très rapidement après ma lecture : mon ressenti est toujours très fort et mes idées bien ancrées… Je dois avouer que j’avais un avis assez mitigé il y a une semaine. Et qu’au fil des jours, j’y ai trouvé des points positifs qui me font vous conseiller aujourd’hui de vraiment vous pencher dessus. Je remercie grandement les éditions Hugo Roman pour l’envoi et plus particulièrement Déborah !

Je suis une grande grande fan de la collection New Way. Avec des bouquins comme « RISK », « Dans chacun de mes mots » ou encore « Comme un livre ouvert » qui avaient été de merveilleuses lectures, j’était très impatiente de découvrir ce nouveau roman qui m’interpellait vraiment.
Comme je l’ai déjà dit auparavant, cette collection met vraiment un point d’honneur à publier des livres qui traitent d’adolescents mais aussi de sujets de société, parfois tabous ou délicats. Et ça donne toujours de très beaux romans coup de poing !
« Comment j’ai appris à voler » raconte l’histoire d’une adolescente : Sam, passionnée de danse mais plus particulièrement de danse classique, elle rêve d’être ballerine un jour. Mais rongée par ses angoisses et son obsession sur son poids, elle va passer quelques semaines dans un camp d’été afin de régler ses problèmes d’acceptation de soi. Mais le chemin va être long et semé d’embûches. Avec l’aide des autres pensionnaires avec qui elle va être obligé de se livrer, va-t-elle réussir à passer outre ses kilos en trop ?

J’ai beaucoup aimé ce livre encore une fois. Malgré quelques bémols, ce livre comporte de magnifiques scènes et un message poignant que tout les adolescents devraient lire.
L’univers de la danse classique pourrait rebuter certains lecteurs, ceux notamment pour qui la danse est un thème qui ne les intéresse pas. Cela pourrait être ennuyant ou soporifique et bien pas du tout. Moi qui ne connait que très peu ce milieu, je me suis beaucoup intéressée à cet univers particulier rempli de requins assoiffés de perfection. On ressent parfaitement à travers la plume de l’auteur Kathryn Holmes la compétition présente dans ce monde que l’on pourrait penser inoffensif.
J’ai adoré suivre cette ado, comprendre dans quel état d’esprit elle est, même si parfois tout cela se révélait un peu cliché. Par exemple la mère ancienne danseuse qui essaye de reproduire son schéma sur sa fille ? Du déjà vu dans bien des domaines. Mais c’est tout de même indispensable à l’histoire pour faire comprendre au lecteur toutes les angoisses auxquelles est sujette Sam.

J’ai malheureusement eu du mal avec Sam. Et c’est ce que je vous disais quand je vous parlais de mon avis qui avait évolué. Quand j’ai refermé le livre je me suis fait cette réflexion de me dire que je n’avais vraiment pas aimé ce personnage. Je la trouvais trop secrète, trop renfermée, enfin quoi t’es dans ce camp pour qu’on t’aide alors essaye de t’ouvrir et de te libérer de ce qui t’oppresse. Je la trouvais également beaucoup trop soucieuse de son corps, tout le monde ne la fixe pas forcément pour ses rondeurs, les gens n’ont pas que des mots méchants en bouche… Et puis passer quelques jours et en repensant au roman afin d’écrire cet avis, j’ai compris Sam. C’est moi qui ai été bête de penser que quand on est touché comme ça de crises d’angoisse, on ne peut pas arriver en quelques jours à s’ouvrir à tout le monde et surtout à une spécialiste. Sam est une ado qui est sous pression depuis bien trop longtemps. Sa mère, son école de danse, mais surtout elle-même. A partir de ce moment, elle m’est apparue beaucoup plus sympathique. Après tout c’est une ado comme les autres, juste un peu plus à fleur de peau sur certaines choses. J’ai par contre adoré son côté passionné et déterminé, c’est un bel exemple.

Comme tous les romans de cette collection, les livres se bouffent à une vitesse folle, alors ne vous tracassez pas si vous avez peur de vous y plonger, la plume est très sympathique, on a du mal à croire que c’est le premier roman de l’auteur, les chapitres sont relativement courts, ça se lit très bien.
Petit bémol pour moi tout de même sur le manque d’action. J’ai trouvé que ça s’essoufflait un petit peu par moments, il ne s’y passait pas grand chose, on la suit dans ce camp durant tout le livre, et à part les thérapies de groupe, celles individuelles et les exercices pour se libérer des angoisses persistantes… Bah il ne s’y passe rien d’autre. Bien que ça se lise très facilement et qu’on ne s’ennuie pas du tout, j’aurais adoré avoir un peu plus de rebondissements.

Je tiens par contre à souligner la beauté du message que crie ce bouquin. « Comment j’ai appris à voler » est un hymne à l’acceptation de soi. Je suis persuadée que ce bouquin peut parler à la majorité des adolescents qui souffrent de complexes et d’anxiété. Je sais que cela peut-être compliqué quand on ne s’accepte pas complètement tel que l’on est, quand on ne voit qu’un seul défaut et rien d’autres. Mais comme Sam vous devez comprendre que les gens autour ne remarquent pas forcément ça. Qu’ils n’ont pas tous des pensées méchantes au premier regard, et que c’est simplement vous qui avez une vision érronnée de vous même !

Pour résumer, je vous conseille vraiment de vous pencher sur ce roman, oui c’est un young adult, mais c’est surtout un roman très réussi rien que pour le message qu’il transmet. Les thèmes abordés de la danse, de l’amitié mais surtout de l’acceptation de soi sont très bien mise en place. Un roman très sympathique que je vous recommande  de découvrir si vous en avez l’occasion 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s