Un coeur sombre – R.J Ellory

CHRONIQUE LIVRE #188 : Un coeur sombre – R.J Ellory

(490 pages) – 22 €

Résumé :

couverture-roman-ellory-coeur-sombre

 

Sous sa façade respectable, Vincent Madigan, mauvais mari et mauvais père, est un homme que ses démons ont entraîné dans une spirale infernale.

Aujourd’hui, il a touché le fond, et la grosse somme d’argent qu’il doit à Sandià, le roi de la pègre d’East Harlem, risque de compromettre son identité officielle, voire de lui coûter la vie. Il n’a plus le choix, il doit cette fois franchir la ligne jaune et monter un gros coup pour pouvoir prendre un nouveau départ. Il décide donc de braquer 400 000 dollars dans une des planques de Sandià.

Mais les choses tournent très mal, il doit se débarrasser de ses complices, et un enfant est blessé lors d’échanges de tirs.
Comble de malchance, le NYPD confie l’enquête à la dernière personne qu’il aurait souhaité. Rongé par l’angoisse et la culpabilité, Madigan va s’engager sur la dernière voie qu’il lui reste : celle d’une impossible rédemption.

 
 
 

Avis : Je remercie les éditions Sonatine pour l’envoi de ce roman noir !

Je pense, pour la toute première fois dans l’histoire de mon blog, que je ne vous parlerais pas du résumé de ce bouquin, je vous invite même à ne pas lire la quatrième de couverture ou à seulement la parcourir si vous êtes bien trop curieux. Sachez seulement une chose : Vincent Madigan s’est foutu dans une merde monstre. Arrivera-t-il à s’en sortir ?
J’ai à la fois beaucoup aimé et à la fois détesté ce bouquin. J’ai une relation avec ce livre assez particulière, essayant encore de trouver un équilibre entre amour et haine. Ce gros pavé de 500 pages vous plonge dans une ambiance crade et corrompue où le paraître est vital et où les barrières de la moralité ont littéralement implosé.

L’intrigue et le cadre même de l’histoire m’ont beaucoup plu. J’avais eu un coup de cœur il y a bien des années pour « Seul le silence » qui m’avait mit une claque incroyable. Et je retrouve ici les frissons que peuvent me faire ressentir R.J Ellory et pourtant bien des choses m’ont dérangées dans ce bouquin.
Le rythme trop lent. Dans une intrigue pareille où des grosses sommes sont en jeu, où il est question de meurtre et de famille, mais surtout dans un bouquin qui fait pas moins de 500 pages, il faut qu’il y a un rythme effréné, sinon ça devient vite dur de s’accrocher. Et ça m’a manqué. Je trouve qu’il ne s’y passe pas grand chose. Oui, ça bouge tout de même mais le bouquin est à peine condensé en quelques jours, et le personnage principal rame, il y a beaucoup de longueurs, beaucoup de passages qui auraient mérités d’être supprimés, qui ne servent pas directement à l’intrigue. Énormément de passages où on fait face aux réflexions de Vincent et qui laisse un goût amer d’ennui.
La plume est pourtant addictive, bien tournée, fracassante, R.J Ellory sait vous toucher et vous faire ressentir toutes sortes d’émotions contradictoires.

Chapeau bas pour le personnage de Vincent Madigan. Flic pourri, mari détestable, père minable. Corrompu, désespéré, torturé par ses multiples vices… Tout ce qui devrait faire d’un personnage qu’on le mépriserait et pourtant l’auteur le met en scène de telle sorte qu’on aurait presque pitié de lui… J’ai dit presque. Car oui, même s’il a fait ce qu’il a fait, qu’il a agi par détresse, on ne peut oublier l’essence même de ses actions et du mal qu’il peut faire à des innocents. C’est le parfait anti-héros. Un homme qu’on devrait détester et qui finit par nous tirer quelques larmes d’empathie. Un cœur sombre.
Je l’ai pourtant mit dans une case à part dès le début. Comment faire confiance à un homme qui ne trouve de réconfort que dans son verre de Jack Daniel’s et ses cachetons de Benzédrine ou de Xanax ? Un pur shoot d’adrénaline pour se calmer les nerfs et on est repartis… Mais parfois ça ne suffit pas.

Malgré les longueurs et les passages à vide, on passe tout de même un excellent moment à suivre Vincent et ses magouilles pour se sortir du merdier dans lequel il s’est embourbé. La fin est vraiment remarquable, j’aime ce genre de dénouement où la dernière page est LA page où tout se joue. Jusqu’au dernier moment nos interrogations sont présentes, jusqu’au dernier moment on ne sait pas ce qui va se passer et je n’ai vraiment pas été déçue pour ça par la manière dont R.J Ellory clos son roman. En beauté.

Pour résumer, je voudrais vous conseiller ce roman, si vous êtes adeptes de bons romans noir, si les longueurs et le rythme lent ne vous effraient pas, foncez !
Dans « Un cœur sombre » on ne fait pas que s’immerger dans un banal règlement de compte, on plonge dans un récit au cœur de l’âme humaine, ses vices, ses points faibles, ses besoins de rédemption. Puis-je encore être considérée comme une bonne personne malgré toutes les mauvaises choses qui ont assombri mon cœur ? Laissez Vincent vous donner la réponse…
Je recommande ! Un très bon roman noir 🙂

Publicités

2 réflexions sur “Un coeur sombre – R.J Ellory

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s