Vite, trop vite – Phoebe Gloeckner

CHRONIQUE LIVRE #182 : Vite, trop vite  – Phoebe Gloeckner

(330 pages) – 22 €

Résumé :

91qim4kjjzl

 
 
 
 

« Je ne me souviens pas de ma naissance mais je sais que j’étais un bébé très laid. Comme ça ne s’est pas beaucoup amélioré depuis, j’imagine que je dois m’estimer heureuse si c’est ma jeunesse qui l’attire.  »
Ainsi commence l’émouvant journal de Minnie Goetze, une adolescente de quinze ans tiraillée par ses angoisses existentielles adolescentes, son égocentrisme et ses pulsions autodestructrices, qui court après la reconnaissance et se précipite un peu vite dans la sexualité.
Minnie déteste l’école, rêve de devenir barmaid. Elle couche avec le copain trentenaire de sa mère et essaie de trouver son chemin sans guide, sans défense, et pourtant sans la moindre trace de peur.

 
 
 
 
 
 

Avis : Je remercie de tout cœur La belle colère pour l’envoi de cette magnifique oeuvre.

En refermant ce livre, je suis assez mitigée je dois l’avouer.
J’ai adoré l’objet livre, le format journal intime nous permet vraiment nous en tant que lecteur de nous sentir vraiment très proches de Minnie, connaitre toutes ses pensées, ses peurs et ses réflexions. C’est un format vraiment très spécial qui m’a toujours beaucoup plu. Les illustrations à l’intérieur et les passages en BD rajoutent ce petit quelque chose à l’histoire. Ça apporte beaucoup de plaisir à la lecture de tomber sur des dessins (sublimes soit dit en passant) qui illustrent vraiment bien ses propos. Ça donne du rythme et une dimension très sympathique.

Malheureusement le contenu même de l’histoire m’a un peu moins emballé. Avec « La belle colère » je ne suis généralement jamais déçue. J’aime le style des auteurs, j’aime le fait d’utiliser des adolescents pour aborder des problèmes de société parfois plus graves que d’autres. J’ai toujours eu de très beaux coups de cœur, mais là ça l’a un peu moins fait. Attention ne vous méprenez pas, ce fût tout de même une bonne lecture, divertissante et addictive.

Je me rend compte que je ne vous ai pas vraiment expliqué de quoi parlait cette histoire. Le titre résumant parfaitement cette quête géante d’identité dont nous plonge l’auteur Phoebe Gloeckner dès les premières lignes. On fait la connaissance de Minnie, une adolescente d’à peine 15 ans qui veut aller bien trop vite. Grandir trop vite, connaître les choses de la vie trop vite, vivre trop vite. Elle entame une liaison avec un proche ami de sa mère, 20 ans plus âgé qu’elle. Fréquente des garçons pour le frisson du sexe, sans se poser plus de questions, se mets à fréquenter des personnes douteuses, plonge dans un monde qui la dépasse et se perd complètement.
J’ai adoré le thème et l’histoire en elle-même, c’est toujours intéressant et poignant de suivre les péripéties d’une ado de 15 ans tête brûlée et vivante à 2000%, qui se veut être libre et comblée. Et pourtant certaines petites choses ont clairement freiné l’arrivée de mon coup de cœur qui sommeillait dans ce livre.

Premier petit bémol, la vulgarité du récit. Je veux bien qu’on parle de fesses, je veux bien qu’une ado découvre sa sexualité, mais là quand même… Je vous déconseille ce bouquin si vous avez d’ailleurs moins de 16-17 ans, les propos sont vraiment crus, il n’y a rien de censuré, tout est à base de « baiser », de « bite » et de « sucer » plutôt dérangeant et omniprésent pour vraiment réussir à passer outre. Premier point négatif qui m’a pas mal déçu. Ça commençait plutôt bien, il y a quand même quelques notes d’humour, un réel récit de vie et de recherche d’identité qui m’a beaucoup touché et ému par moments. On sent que cette ado n’a pas vraiment de repères sur qui prendre exemple et elle tente par elle-même de découvrir ses limites sans penser à ce qui pourrait lui arriver ni à ce qu’elle s’inflige en vivant et en expérimentant trop de choses qui ne sont pas de son âge.

Autre détail qui m’a déplu, et ça c’est purement personnel, je n’ai pas accroché au personnage de Minnie, trop sauvage et indomptable. Je la trouve parfois trop naïve de se plonger comme ça corps et âme dans des expériences assez malsaines. Pourquoi vouloir absolument coucher avec pleins de garçons et ne pas se poser avec quelqu’un qui lui correspondra vraiment sous prétexte de vouloir avoir tout de suite et maintenant des relations sexuelles ?
C’est une gosse qui a fait les mauvais choix à mon sens et qui finit par les regretter. Malgré tout j’ai quand même apprécié le fait qu’on la voit grandir au fur et à mesure de l’histoire, on la voit apprendre de ses erreurs mais on la voit surtout changer et mûrir.

Pour résumer, une histoire racontée sous forme de journal intime où on va suivre les bons comme les mauvais choix d’une ado en quête d’identité : Minnie Goetze. Addictif et sympathique c’est un bouquin qui se dévore, les dessins à l’intérieur sont sublimes, les passages en BD sont une idée excellente. Malheureusement la vulgarité du récit m’a rebuté. A ne pas mettre entre les mains des plus jeunes, mais une histoire à découvrir pour les plus âgés si vous aimez ce style là. C’est touchant, énervant et difficile à la fois. C’est la vie tout simplement…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s