Ce qu’il reste d’Alice – T.R. Richmond

CHRONIQUE LIVRE #115 : Ce qu’il reste d’Alice – T.R. Richmond

(496 pages) – 8,10 €

Résumé :

9782253085973-001-T

 

Le corps d’Alice Salmon, vingt-cinq ans promise à un bel avenir, est découvert sous un pont. La veille, elle passait la soirée avec des amies.

Suicide ? Accident ? Meurtre ? Tandis que les médias s’emparent de l’affaire, Jeremy Cooke, professeur proche de la retraite, veut reconstituer la vie de son ancienne élève, pour élucider sa fin si tragique.
Il explore toutes les traces qu’elle a laissées : Facebook, Twitter, Spotify, forums, blogs, journaux intimes, lettres.

Pièce par pièce, Alice apparaît, tel un puzzle mystérieux, parfois très sombre. Bientôt, des vérités choquantes font surface.

Un thriller psychologique où nos outils de communication apparaissent plus menaçants que jamais et rendent étrangement floue la distinction entre vie réelle et vie numérique.

 
 
 

Avis : Un grand merci aux éditions le livre de poche pour l’envoi de ce livre qui me tentait énormément.

« Ce qu’il reste d’Alice » raconte l’histoire d’une jeune femme, Alice Salmon. Plus exactement, et pour vous la faire courte, on découvre son corps dans une rivière, pas très joyeux tout ça mais c’est un thriller alors j’espère que vous ne vous attendiez pas à une jolie histoire d’amour c’est clairement pas le registre.
A travers les avis de sa famille, de ses amis, à travers les réseaux sociaux et les recherches acharnées de son prof Jeremy Cooke qui s’évertue à assembler les pièces du puzzle, on apprend petit à petit à connaître cette jeune femme ainsi que les parties sombres de son passé pour découvrir ce qui est réellement arrivé à notre fameuse Alice promise à un brillant avenir.
Il vous faudra lire le livre pour savoir si c’est un suicide, un meurtre ou un banal accident… Serez-vous curieux au point de plonger les yeux fermés dans ce thriller psychologique ?

Je vais être tout à fait honnête avec vous, je n’ai pas réussi à terminer ce livre.
Je l’ai abandonné à plus de 250 pages ce qui m’arrive très rarement, à mon grand étonnement et surtout à mon grand regret. Ce n’est pas que le sujet et le thème du livre ne m’intéressait pas car si vous commencer à me connaitre un peu vous savez que j’adooooore les thrillers et en particulier les thrillers psychologiques. De plus, les bouquins qui mêle nouveaux médias et en particulier les réseaux sociaux, mails, etc… M’ont toujours intrigués et beaucoup plu. J’avais donc vraiment confiance en cette histoire, qui je pensais me plairait beaucoup.

L’idée de départ était vraiment très bonne comme je le disais plus haut, mais ce qui pour moi ne l’a pas fait c’est la plume de l’auteur. Dès les premières lignes je n’ai pas accroché au style de narration. Je me suis vraiment demandé où l’auteur voulait nous mener et je trouve qu’il manquait vraiment d’un fil conducteur pour pas se perdre au fur et à mesure des pages. Il y a des bonds dans le temps, aucun chapitre, juste des grandes parties. Ça m’a vraiment dérangé dans la mesure où je me perdais et où même au bout de 250 pages je n’arrivais pas à rentrer dans l’histoire. C’est vraiment regrettable car le sujet était vraiment très intéréssant mais mal exploité à mon sens.
Par exemple, il n’y a pas de trame comme dans un livre à suspense classique. On nous sert plusieurs petits passages de notes, d’emails, d’articles de blog, de conversations SMS, de journaux intimes, etc… Sans jamais suivre l’enquête comme si nous la vivions. Je n’ai pas lu le livre entier mais je peux tout de même dire que c’est parfois assez répétitif et parfois avec un peu trop de longueurs.

J’ai bien aimé le fait qu’on ne connaisse jamais Alice. Quand le livre débute, on apprend son accident et on apprend à la connaître qu’à travers ses écrits dans ses journaux intimes, on a juste une idée de l’ado et de la jeune femme qu’elle était : pleine de vie mais avec également ses parts d’ombre. Elle n’existe qu’à travers ce qu’elle a laissé d’elle sur le net et la marque indélébile de l’être qu’elle était auprès de ses proches. On ne fait jamais vraiment connaissance avec elle et j’ai bien aimé cette idée.
Malheureusement j’ai moins accroché avec d’autres personnages notamment le professeur bientôt retraité, qui vraiment m’a paru très malsain et pervers. Je trouve qu’il prend beaucoup trop à coeur l’affaire et ça en devient carrément obsessionnel et parfois gênant.

Pour conclure cette chronique je tenais tout de même à vous conseiller ce livre car beaucoup de personnes l’ont apprécié et même adoré, ça ne l’a pas fait avec moi malheureusement mais cela ne veut pas dire que c’est un mauvais bouquin, on à tous des coups de coeur qui sont des déceptions pour d’autres. Tentez-le et vous serez peut-être accro dès les premières pages qui sait 😉

Publicités

2 réflexions sur “Ce qu’il reste d’Alice – T.R. Richmond

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s