Black Iris – Leah Raeder

CHRONIQUE LIVRE #98 : Black Iris – Leah Raeder

(458 pages)

Résumé :

9782810416561_1_75

 
 
 
 
 

« Laney Keating n’oublie rien. Et ne pardonne jamais.

Seuls les êtres faibles pardonnent.

Pour assouvir son désir de vengeance et faire payer ceux qui l’ont humiliée, elle est prête à repousser toutes les limites entre sexe, alcool et drogue.

Quitte à manipuler, à souffrir, à haïr.

Quitte à écorcher son coeur dans une virée machiavélique et sanglante »

 
 
 
 
 
 
 

Avis : Un grand merci aux éditions Prisma pour l’envoi de ce service presse.

J’avais lu plusieurs avis sur ce bouquin avant de me plonger dedans, beaucoup étaient négatifs et d’autres extrêmement positifs, j’avais donc une chance sur deux. C’est ce genre de livre où il n’y a pas de milieu c’est soit sa passe soit sa casse. Je n’avais lu que le résumé à l’arrière du livre qui est d’ailleurs assez énigmatique et il ne m’en fallait pas plus pour vouloir me plonger dedans. La taille du bouquin ne m’a pas dérangée plus que ça, ça se lit même très vite et très bien, alors à bas les préjugés sur les grosses briques haha.
Je ressors de ce livre sans vraiment savoir ce que j’en ai pensé, je suis assez mitigée. Je l’ai bien aimé sans le trouvé géniallissime, je l’ai même trouvé par moment dérangeant mais ça je vais vous en parler plus en détails plus bas.

D’ordinaire je vous fait un petit speech pour vous raconter l’histoire, mais dans cette chronique je ne le ferais pas car moi aussi j’ignorais tout en entrant dans l’univers de Leah Raeder et c’est ça qui fait le mystère de ce bouquin. Je peux simplement vous dévoiler quelques détails. On va faire la connaissance de Laney, une jeune femme de 19 ans, qui n’a pas une vie facile. Diagnostiquée atteinte de troubles de la personnalité, accro à la drogue et à l’alcool, elle passe son temps à coucher avec des garçons à droite à gauche et à se détruire le plus possible. Laney est une anti-héroïne et nous le fait savoir dès le début ! Elle n’a pas de remords et agit seulement par vengeance. Dictée par la haine, elle ne recherche absolument pas notre sympathie et c’est aussi ce que j’ai aimé. Pour une fois qu’on tombe pas dans le gnan gnan, ça fait plaisir !

Alors je vous coupe tout de suite, si vous vous attendez à un bouquin fleur bleue avec une romance tendre et romantique vous vous gourrez complètement de chemin. Et j’ai été la première surprise. C’est la première fois que je lis une romance F/F autrement dit fille/fille. Ici c’est encore plus complexe que ça, mais je vous laisse le découvrir par vous-même. C’est également mon premier roman de l’auteur et je peux vous dire qu’on attaque fort haha. Hormis l’intrigue principale qui ne m’a pas bluffée car je l’ai trouvé trop tirée par les cheveux et assez tordue, je tiens à tirer mon chapeau sur la profondeur des personnages, je me suis prise une grosse claque !

La première chose qui m’a sauté aux yeux c’est la plume de Leah Raeder, elle crée autour de « Black Iris » une ambiance hyper sombre, glauque et quasi perverse. Tout n’est que sexe et drogue. Plus rien n’a de réelle importance à part se défoncer et atteindre le but qu’elle s’est fixé. Je voudrais d’ailleurs mettre en garde les plus jeunes, c’est un livre à ne pas mettre entre toutes les mains, les scènes sont très détaillées et crues, alors si ce n’est pas votre style, passez clairement votre chemin sous peine d’être choqués !

Laney, Laney, Laney… C’est une jeune femme très complexe. Elle réserve son lot de surprises au fil des chapitres. J’ai beaucoup apprécié les bonds dans le temps, ça m’a permit de mieux la connaitre, apprendre ce qui lui était arrivé, comment elle en est arrivé là, à cause de qui, etc… L’auteur a parfaitement décrit ses sentiments, le fait qu’elle se voit comme un poison, elle sait qu’il y a une part sombre en elle et qu’elle est arrivé au point de non retour, pour elle il n’y a plus qu’une chose qui compte : se venger des gens qui l’ont faite souffrir et qui ont détruit son monde. Pas de rédemption. Pour personne. Pour cela elle est prête à tout. Par moments on a l’impression qu’elle perd complètement pied, on a envie de l’aider mais aussi de la secouer pour lui dire de se reprendre, c’est assez déroutant. Blythe et Armin, les personnages secondaires, sont également époustouflant. Les trois ont une relation tant destructrice que salvatrice, on sent qu’ils sont constamment à fleur de peau, il plane toujours une ambiance particulière quand ils sont réunis, tout est à base de non dits, de regard volés, de tensions pesantes. Ils sont abîmés, cassés, brisés et perdus et pourtant ils ne se sentent jamais plus vivants que quand ils sont ensemble. Blythe est le personnage qui m’a le plus intrigué. On ne sait jamais ce qu’elle pense ni ce qu’elle va faire. Les deux jeunes femmes sont brutales et sans retenue, et c’est aussi ce qui rend ce livre si sombre, elles sont des prédatrices, prête à tout et n’arrivent à s’exprimer qu’a travers la violence.

En conclusion, « Black Iris » est une histoire dure à lire, c’est un bon roman totalement immoral oscillant entre le new adult et le thriller qui m’a fait passé un bon moment. C’est un univers sombre dans lequel vous plongez sans parachute. Vous êtes seul face à sa triste histoire et le récit de sa folie. C’est aussi un livre sur l’acceptation de soi et de son orientation sexuelle, et c’est une chose qui ne devrait pas être moquée.
Je vous recommande ce dernier roman de Leah Raeder si vous n’avez pas froid aux yeux et si les scènes de sexe et de destruction ne vous dérangent en rien. Un livre qui marque les esprits et qui vous captivera jusqu’à la dernière page.

Pour la note : 14,5/20.

Publicités

4 réflexions sur “Black Iris – Leah Raeder

  1. De l’auteur, j’ai lu « Free Fall » -: assez sombre lui aussi même si c’est une romance, et je n’avais pas spécialement aimé. Du coup, je ne me serai pas spécialement retournée sur ce livre-ci, à tort apparemment !

    J'aime

      1. Même si je n’ai pas aimé Free Fall, je conseille aux gens de le lire – histoire de se faire son propre avis. Ta chronique est parfaite parce que quand tu dis « Ca passe ou ça casse » c’est totalement ça.

        J'aime

      2. oui c’est vrai que c’est toujours bien de se faire son propre avis ! Par exemple pour « nos étoiles contraires » contrairement à la grande majorité des gens je n’ai pas trouvé exceptionnel l’histoire.
        Merci ça me fait vraiment plaisir 🙂

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s