Trois jours et une vie – Pierre Lemaitre

CHRONIQUE LIVRE #97 : Trois jours et une vie – Pierre Lemaitre

(279 pages)

Résumé :

9782226325730g

 
 
 
 

« À la fin de décembre 1999, une surprenante série d’événements tragiques s’abattit sur Beauval, au premier rang desquels, bien sûr, la disparition du petit Rémi Desmedt.

Dans cette région couverte de forêts, soumise à des rythmes lents, la disparition soudaine de cet enfant provoqua la stupeur et fut même considérée, par bien des habitants, comme le signe annonciateur des catastrophes à venir.

Pour Antoine, qui fut au centre de ce drame, tout commença par la mort du chien… »

 
 
 
 
 
 
Avis : Je termine ce livre à l’instant et j’en suis encore toute chamboulée. Je pense qu’il va m’être compliqué d’exprimer clairement ce que je ressens pour ce livre. Bien loin d’être déçue, je l’ai même adoré. Je l’ai su dès la première page. Après « Alex » que j’avais trouvé très moyen, j’ai eu le plaisir de redécouvrir la plume de Pierre Lemaitre et je peux vous dire qu’elle m’a tout de suite séduite et m’a fait me réconcilier avec cet auteur.
« Trois jours et une vie » est un roman, dit thriller, mais qui n’en est pas vraiment un. C’est un bouquin magnifique et surprenant qui vous prend à la gorge et vous donne envie de ne jamais arriver à la dernière page. Je voudrais tout d’abord remercier très chaleureusement Aurore l’attachée presse des éditions Albin Michel pour cet envoi, c’est une petite pépite. Un grand merci !

Je ne sais pas si je vais parvenir à organiser mes idées et à pondre une chronique carré comme d’habitude mais on va essayer tout du moins haha.
Je ne m’attendais à rien en commençant ce livre, je l’avais choisi car le résumé m’intriguait beaucoup et que j’apprécie tout particulièrement le genre policier et thriller en littérature, mais je ne savais pas vraiment où l’histoire pouvait me mener. Je pense que ce bouquin n’est à mettre dans aucune catégorie, c’est le genre d’histoire où l’auteur mêle certaines caractéristiques de plusieurs genres et qu’il le fait avec brio. Aussitôt reçu, aussitôt commencé, n’étant pas bien gros, je me le suis réservé pour le week-end et comment vous dire que je l’ai dévoré en un rien de temps.

Dans cette histoire, on va suivre Antoine, un jeune garçon de 12 ans, qui va voir sa vie basculer. Dans la ville de Beauval tout le monde s’affole, le petit Rémi Desmedt âgé de 6 ans a disparu. Mais où peut-il bien être ? L’a t-on kidnappé ? Est-il mort ? Au centre de ce drame : Antoine, qui lui seul connaît la vérité. Rongé par la culpabilité et la peur il n’aura de cesse durant tout le roman de savoir si oui ou non la vérité éclatera au grand jour.

J’ai adoré ce roman, qui est bien trop court à mon sens. Dès les premières lignes on est immergés dans l’histoire. Il n’y a pas de suspense du côté de l’intrigue car on sait directement qui est le tueur et où est réellement le petit Rémi. On vit l’histoire du point de vue d’Antoine, on est constamment dans l’attente de savoir s’il va se faire inquiéter, si le monde entier va découvrir la vérité. L’histoire peut paraître banale car mille fois abordée par d’autres auteurs dans le passé, mais là où Lemaitre marque sa différence c’est dans sa manière de nous connecter à Antoine et à la douleur des habitants de Beauval qui sont unanimement touchés par ce drame. On sait qu’il est au centre de cette tragédie mais on est comme lié à lui du début jusqu’à la fin, on ressent le poids de sa culpabilité, mais surtout son angoisse à chaque instant. On sent que cette situation le ronge et qu’il n’a qu’une envie : fuir le plus loin possible.

Pour être sincère, je n’ai trouvé aucun point négatif à ce roman, tout est dépeint avec une extrême justesse, chaque mot est bien pensé et colle parfaitement à l’histoire, on ressent de manière très vive le chagrin et le désarroi de cette mère brisée qui a perdu son petit garçon et ça m’a complètement brisé le cœur.
Pour le personnage d’Antoine, malgré son jeune âge c’est un garçon mature, dont on oublierais presque qu’il n’a que 12 ans.
Il y a dans ce livre une ambiance toute particulière, un peu sinistre et ténébreuse.
Concernant la fin de l’histoire, je ne m’attendais absolument pas à cela. D’un côté j’ai toujours dit détester les fins ouvertes mais je trouve que dans ce contexte elle était la bienvenue. Les dernières pages laissent à réfléchir et nous obligent à reconsidérer l’œuvre entière, c’est une idée ingénieuse.

Pour conclure cette chronique, et j’espère de tout cœur vous avoir donné envie de découvrir cette histoire qui m’a captivé, je ne peux que vous recommander cette nouveauté des éditions Albin Michel, qui à coup sûr vous tiendra éveiller jusqu’à ce que vous en veniez à bout.
« Trois jours et une vie » de Pierre Lemaitre est une petite perle qui mérite qu’on se penche dessus. Traitant d’un sujet douloureux, cette histoire pleine de sensibilité vous prendra aux tripes et vous empliras de doutes de la première à la dernière page. Très très bon livre.

Pour la note : 18/20.

Publicités

16 réflexions sur “Trois jours et une vie – Pierre Lemaitre

    1. Toi aussi t’a jeté ton dévolu sur celui-là haha, j’espère vraiment que tu l’aimeras faut pas t’attendre à un truc de ouf mais je trouve que c’est tellement bien écrit :p

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s