Pardonne-moi Leonard Peacock – Matthew Quick

CHRONIQUE LIVRE #63 – Pardonne-moi Leonard Peacock

(312 pages)

Résumé :

« En plus du P-38, le flingue de mon grand-père, il y a quatre paquets, un pour chacun de mes amis. Je veux leur dire au revoir correctement. Je veux qu’ils gardent un souvenir de moi. Qu’ils sachent que je suis désolé d’avoir dû leur fausser compagnie. Qu’ils ne sont pas responsables de ce qui va se passer… 
Aujourd’hui, Leonard Peacock a dix-huit ans. C’est le jour qu’il a choisi pour tuer son ancien meilleur ami. Ensuite, il se suicidera.
Plus tard, peut-être, il se dira que c’est OK, voire important, d’être différent. Mais pas aujourd’hui. »

9782221159675

 

Avis : Je suis plutôt mitigée sur ce petit livre. J’avais eu très envie de le lire quand j’avais repéré ce livre sur le site de la Collection R car en général, les bouquins de cette collection ne me déçoivent pas et je passe un bon moment. Alors que dire de « Pardonne-moi Leonard Peacock », je suis pas mal déçue. Pour commencer déjà il est vraiment court, à peine 300 pages, autant dire que je l’ai dévoré en très peu de temps et au fil de ma lecture, j’ai pas éprouvé les émotions que je pensais ressentir. Je m’explique.

Avant tout, ça parle de quoi ? Alors on va faire la rencontre de Leonard, un jeune ado qui, le jour de ses 18 ans va décider de se suicider avec le flingue de son grand-père. Mais avant ça il a d’autres missions à accomplir, il souhaite remettre à 4 de ses amis un présent, avant de tuer son ancien meilleur ami et enfin se donner la mort. Assez intriguant je vous l’accorde, ce genre de sujet me tentait pas mal c’est donc pour ça que je l’avais acheté. En occasion heureusement…

J’ai beaucoup aimé le principe des chapitres vraiment courts, ça donne un rythme soutenu au bouquin et du coup on le lâche pas. Très rapidement on arrive à 100-200 pages sans vraiment s’en rendre compte. On suit le déroulement d’une seule journée, LA fameuse journée où tout est censé se dérouler et ça jusqu’à la fin du bouquin. J’aime bien quand les bouquins ne se déroulent pas sur des années ou des semaines ça crée un suspense supplémentaire. On a forcément encore plus envie de tourner les pages pour découvrir la finalité. Certains paragraphe sont volontairement décalés sur le côté de la page, ce que je n’ai pas forcément apprécié haha ça donnait plus l’impression d’une erreur d’impression que d’un côté travaillé et recherché.

Je pense que la raison pour laquelle je n’ai pas aimé le livre c’est la manière dont cela à été écrit. J’ai bien aimé la plume de l’auteur là n’est pas le problème à mon avis, mais je pense que le sujet à été mal exploité. C’est pour ça que c’était décevant, on s’attend à quelque chose de dur, de prenant, de bouleversant et pourtant on ne ressent pas toutes les émotions qu’on devrait ressentir quand on lit ce genre de bouquin, ça ne m’a pas retourné j’étais pas du tout prise par l’histoire.

Pour parler maintenant des personnages, celui de Leonard Peacock est sympa. On a envie de comprendre pourquoi il ne veut plus vivre, on voit qu’il n’a aucun amis à part 4 personnes qu’ils considère comme importante dans sa vie, on voit sa mère qui est aux abonnés absents, son père parti… Pourtant de la manière dont le livre est écrit je n’ai pas ressenti Leonard comme un adolescent dérangé ou en détresse. Oui bien sûr, il se sent mal mais il est aussi passionné par certains cours, alerte, vif, amoureux des vieux films, etc… Malgré son côté « blagueur », on comprend tout de même qu’il a vécu pas mal de mauvaises choses dans son passé. Son ancien meilleur ami n’est pas celui qu’il croyait, même s’il ne dit pas clairement les choses et que nous n’avons pas de réelle réponse à la fin du bouquin, on comprend qu’il a beaucoup souffert et qu’il veut en finir.

Le principe des « lettres du futur » est ingénieux. Ce sont des passages que j’ai beaucoup aimé car c’est une marque d’espoir, elles lui rappellent que des bonnes choses lui arriveront dans le futur, que le lycée n’est qu’une passade et que plus tard d’autres personnes intégreront sa vie, non pas pour le blesser ou l’humilier mais pour l’aimer et former enfin une famille.

Parlons maintenant de sa mère, avant de parler de son professeur préféré. Sa mère, je l’ai détestée. Je ne comprends pas comment elle peut agir ainsi, partir à l’autre bout du monde et laisser son fils se débrouiller seul sous prétexte qu’il peut s’en sortir parce qu’il est riche. Elle est inconsciente de tout ce qui peut se passer dans la tête de son fils, ne voit aucun signe, ne s’intéresse à rien. Et même quand ça lui tombe dessus, elle fait mine de ne pas comprendre. Je l’ai détesté d’avoir oublié l’anniversaire de son fils, c’est un jour qu’ils devraient fêter en famille et non pas seul, avec pour seul compagnie un P-38. Tout l’inverse de son professeur. Il est attentionné et pour lui tous les élèves sont importants. Je pense que quelque part ça sauve Leonard de savoir qu’il manquera à quelqu’un, que tout le monde ne se fiche pas de lui.

Pour résumé, je ne peux pas dire que j’ai détesté ce livre car ce serait mentir, mais je ne l’ai pas trouvé excellent. J’ai été déçue par la manière dont ce sujet hyper sensible à été traité, il aurait pu être mille fois mieux mis en valeur. La fin ouverte, moi j’en suis pas friande de base, mais là encore plus j’aurais aimé savoir l’après de cette journée. Ça laisse beaucoup trop place à la réflexion. Mais rien que pour ces personnages je peux tout de même vous le conseiller si vous le trouvez en occasion. Matthew Quick n’est pas un auteur que je connaissais, et j’attends de le découvrir dans d’autre chose afin de peut-être changer d’avis sur ses bouquins.

Pour la note : 12/20.

Publicités

2 réflexions sur “Pardonne-moi Leonard Peacock – Matthew Quick

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s