Blood Family – Anne Fine

CHRONIQUE LIVRE #60 – Blood Family – Anne Fine 

(341 pages)

Résumé :

Il revient de loin, Edward. Jusqu’à l’âge de sept ans, il a vécu enfermé dans un appartement avec sa mère, sous l’emprise d’un homme alcoolique et violent. Lorsqu’il est délivré de son bourreau, il peut enfin découvrir le monde qui l’entoure. Mais est-il libre pour de bon?
Recueilli par les services sociaux, puis ballotté de famille d’accueil en famille d’adoption, Edward se construit en tentant d’oublier son passé. Mais au fil des années ce passé le suit pas à pas et ne cesse de se rappeler à lui.
La force, le courage et la volonté lui suffiront-ils pour lui échapper?

bla

« Je m’étais mis à aimer passionnément les livres.
J’avais l’impression que chacun d’eux me donnait des clefs pour devenir normal. »

Avis : Je n’avais jamais entendu parler de ce livre avant de le voir par hasard à la FNAC de ma ville et de le recevoir gentiment de la part des éditions L’école des loisirs. Un grand merci à eux pour leur gentillesse et leur rapidité, qui m’a permise de découvrir ce livre qui me tentait beaucoup et qui me permet de vous le faire découvrir !
Parlons un peu de la couverture avant de rentrer dans le vif du sujet. Je suis complètement fan de ce style d’images. Sobre, sombre et à la fois mystérieux. L’écriture rouge sang, les images énigmatiques qui nous poussent à lire la quatrième de couverture pour en savoir plus. Je n’avais jamais lu d’Anne Fine avant ce livre là, bien que « Le passage du diable » me tente énoooormément !

« Blood Family » ça parle de quoi ? On va faire la connaissance d’Edward, un petit garçon de 7 ans, qui a vécu séquestré avec sa mère Lucy sous l’emprise d’un homme colérique, violent, alcoolique et manipulateur du nom de Bryce Harris, toute sa vie. Au fil des ans, il a appris à ne pas faire de bruit, à ne contrarier personne jusqu’à devenir quasi invisible. Un beau jour, sa voisine se doutant des sévices de cet homme décide d’agir et de contacter la police et les services sociaux. Une fois délivré d’Harris, le jeune Edward, dit Eddie, fût pris sous l’aile de Rob Reed, un homme rondouillard, travailleur social qui le confie à Allan et Linda Radlett un couple qui accueille ces enfants en difficulté le temps de leur trouver un foyer d’adoption. Ce couple va être une bénédiction pour le jeune Eddie, ils vont le rassurer, lui apprendre à lire, à écrire, à compter, à s’amuser et surtout à aimer. Mais un beau jour, il est temps de trouver une maison d’adoption et les ennuis ne font que commencer. Edward va-t-il réussir à s’entendre avec sa nouvelle famille, dans ce nouveau foyer ? Va t-il se reconstruire et oublier son passé ? Que devient sa mère ?
Tant de questions dont on a les réponses au compte goutte au fil du livre. Le poids du passé est lourd et Edward devient maître dans l’art de jouer avec le feu, va-t-il basculer et devenir comme l’homme qu’il exècre le plus ? Ou va-t-il trouver la force de se reprendre en main ?

Je peux vous le dire maintenant, j’ai vraiment beaucoup aimé ce livre. Parmi tout les bouquins que j’ai pu dévoré depuis mon enfance, je n’avais jamais lu ou très peu de livres similaires, aussi poignant et à la fois dérangeant comme « Blood Family ». Vous mourrez d’envie que je vous dire pourquoi je suis sûre hein haha.
Un des gros points positifs de cette histoire c’est la manière dont on est plongés dans l’histoire, j’assimile ça à un saut à l’élastique où on aurait oublié de mettre son harnais de protection. On est plongés dans un univers dont on a pas envie de croire que cela puisse exister, et on en prend plein la gueule. On vit l’histoire à 100 à l’heure, on a peur, on a de la peine, de la colère tout en même temps et tout est amplifié par les différents points de vue qu’on nous offre. En effet, le livre est découpé non pas en chapitres mais en actes. À chaque 2-3 pages on change de personnage et on voit son point de vue à lui. Par exemple, au début, on est Eddie, puis la voisine, puis Rob Reed ainsi de suite, et cela nous aide grandement à comprendre toutes les facettes de ce petit bouquin.

Pour parler maintenant des personnages car c’est sans conteste ce qui est le mieux travaillé dans ce petit bouquin. Je ne dénigre pas l’histoire bien qu’elle n’ai rien d’extraordinaire, un enfant dont la vie à été ruiné par un salaud qui se retrouve balloté dans des familles d’accueil ce n’est pas ce qu’il y a de plus innovant mais la profondeur des personnages rend ce livre très bon.
Eddie, Eddie, Eddie. Je l’ai adoré. On voit son évolution de la première à la dernière page, il passe du stade de l’enfance à celle complexe de l’adolescence. Waouh quel courageux petit enfant. On comprend toutes les horreurs qu’il a pu voir, qu’il a pu subir durant toutes ces années et pourtant c’est un garçon tout ce qu’il y a de plus agréable, comment ne pas s’attacher à lui ? Il est intelligent, profondément gentil, serviable. Malgré qu’il ait passé de terribles moments, il arrive toujours à remonter la pente et à s’en sortir. Il veut plus que tout ne pas ressembler à Harris et je trouve que malgré ses erreurs de parcours il s’en sort très bien. Je l’ai parfois trouvé injuste tout de même, je peux comprendre qu’il en veuille à Lucy sa mère pour ne pas avoir levé le petit doigt toutes ces années, mais je ne pense pas qu’il réalise tout ce qu’elle a vécu en vivant avec cette brute. Il la rouait de coups constamment, lui arrachait les cheveux, lui enlevait toute liberté. Il lui disait quoi penser, elle n’était plus qu’une marionnette et j’ai eu beaucoup de peine pour cette femme vide et absente.
Parlons d’Harris maintenant… Quel enfoiré ! Excusez mon vocabulaire mais ce genre de personnes devraient être emprisonnée. Et dieu sait que ce genre d’histoires n’est pas purement inventée, combien de personnes vivent des choses égales ? Combien de femmes sont frappées par le mari, abruties par les coups et dépendantes de ces bêtes sans cœur ? Bryce Harris est un homme manipulateur et violent doublé d’un alcoolique qui ne prends plaisir qu’à tout contrôler. Je l’ai bien sûr haï, même si je n’ai pas vraiment fait sa connaissance à travers le livre, les pensées et les paroles des autres personnages nous le décrivent très bien.
Quant aux personnages d’Allan et Linda, ils sont géniaux, je les ai adorés et cela reste très dur pour moi de me dire que je ne les retrouverais jamais au fil des pages.

En résumé, « Blood Family » c’est une histoire poignante et éprouvante qui m’a bouleversée. Ce livre est un message d’espoir et d’amour, que je ne conseille tout de même pas aux plus jeunes vu le caractère difficile du sujet. Ceux qui ont le cœur bien accroché, jetez-vous dessus il est terrible.

Pour la note : 16/20.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s