La face cachée de Margo – John Green

CHRONIQUE LIVRE #11 : La face cachée de Margo – John Green 

Résumé: 

Margo Roth Speigelman, le nom aux six syllabes qui fait fantasmer Quentin depuis toujours. Alors forcément, quand elle s’introduit dans sa chambre, une nuit, par la fenêtre ouverte, pour l’entraîner dans une expédition vengeresse, il la suit.

Mais au lendemain de leur folle nuit blanche, Margo n’apparaît pas au lycée, elle a disparu. Quentin saura-t-il décrypter les indices qu’elle lui a laissés pour la retrouver ? Plus il s’en rapproche, plus Margo semble lui échapper…

Capture d’écran 2015-05-08 à 21.24.19

Avis : Alors là vous vous dites « je croyais qu’elle n’aimait pas John Green ? », et pourtant c’est encore avec un de ses livres à succès qu’on se retrouve aujourd’hui. Oui oui j’ai posé « Qui es-tu Alaska ? » et j’ai embrayé direct avec un autre roman histoire de voir si la bonne impression perdurait. Et la réponse est oui mesdemoiselles (et messieurs si certains passent par ici haha). On va donc parler de « La face cachée de Margo ». Je compte aller le voir au cinéma en fin de semaine et je voulais vraiment me faire une idée du bouquin avant de voir l’adaptation cinématographique. Bon alors là pas de surprise, ni une ni deux je me suis procurée le livre et je me plongeais dans cette fameuse histoire. Ayant vu le trailer du film, le visage de Cara Delevigne et Natt Wolf ont naturellement pris place dans mon esprit en lisant le livre.

Je voudrais donc aborder certains points, tout d’abord l’histoire. Rien de nouveau sous les palmiers et pourtant j’ai direct accroché. Ici, nous découvrons l’histoire de Quentin Jacobsen qui vit sa dernière année de lycée avec ses deux meilleurs amis, amoureux depuis semble-t-il toujours de Margo, la fille la plus populaire du lycée, qui est accessoirement sa voisine. Un soir en pleine nuit elle rentre par sa fenêtre et lui propose une sorte d’expédition vengeresse. Bon là je ne vous spoil rien en vous disant qu’il accepte évidemment (alala le pouvoir des femmes sur les hommes c’est dingue) et les voilà partis pour un des fameux plan en 12 étapes de la belle. Croyant que tout serait différent le lendemain, notre Quentin s’endort avec des étoiles pleins les yeux, malheureusement quelques jours plus tard il apprends que Margo a encore fugué. Désormais majeure et libre de ses mouvements, les autorités n’ont aucun moyen de la forcer à revenir si son choix était de partir. Pourtant, Quentin découvre tout un tas de petits indices laissés au compte goutte qui semble montrer qu’elle désire seulement être retrouvée. Il va alors se lancer dans une folle enquête afin de retrouver la belle et énigmatique Margo. Le livre se découpe en 3 parties distinctes. J’ai adoré le début de l’histoire. J’ai littéralement dévoré la moitié du livre. Seul bémol, du moment où elle disparaît jusqu’à la fin je trouve que l’auteur fait beaucoup de longueurs, j’ai trouvé qu’il y avait clairement des passages « inutiles » qui servaient à combler mais qui pour nous, n’était pas nécessaires d’être lus. Néanmoins je ne me suis pas ennuyé une seconde et j’ai pris plaisir à lire cette histoire. La dernière partie avec le road trip en monospace était de loin ma préféré. J’ai adoré voir cette bande d’ados tous monter en voiture et partir à l’aventure afin de retrouver leur amie. J’ai trouvé que c’était aussi la partie la plus drôle et la plus légère du livre.

Bon, parlons maintenant personnages. Je ne sais pas ce que j’ai avec les personnages principaux féminins mais je n’accroche jamais et Margo n’a pas dérogé à la règle. Pourtant c’était bien partit, j’ai bien aimé la petite fille qu’elle était, intrépide, aimant raconter des histoires etc puis nous voila avec la jeune fille adolescente et là sa bloque. J’aime son côté téméraire qui vit au jour le jour, qui veut profiter quitte à enfreindre des règles (et pas qu’une haha). J’aime également son côté passionnée et la manière dont elle se renvoie la balle avec Quentin tout au long de la première partie. On comprends clairement que ce n’est pas une jeune fille banale mais qu’elle est très intelligente et intéressante. Mais du moment où elle est partie je ne sais pas ça ne l’a pas fait. J’ai l’impression qu’elle ne prends pas de recul, elle ne pense pas aux gens qu’elle laisse derrière elle et qui tiennet à elle comme sa petite soeur Ruthie, Lacey, ses parents et même Quentin. Pour ceux qui l’ont lu, autant dire que la fin n’a pas aidé à ses affaires. Je l’ai trouvé cruelle et un peu peste envers ceux qui ont tenté par tout les moyens, quitte à gâcher leurs derniers moments au lycée pour la retrouver, et injuste parfois dans la façon dont elle réagissait. Je crois que je n’ai tout simplement pas compris son choix car je ne lui ressemble pas du tout. A aucun moment je n’ai réussi à m’identifier à elle et c’est sans doute pour cela que je n’ai pas réussi à vraiment l’apprécier.

Pour parler maintenant un petit peu de Quentin je l’ai trouvé adorable dès le début on voit que c’est un gentil jeune homme, drôle et dans la lune. Il m’a  un peu fait pensé au personnage principal masculin dans « Qui es tu alaska ? ». J’ai aimé tout les aspects de sa personnalité sauf une. Je trouve qu’il est beaucoup trop absorbé par Margo, tout au long du livre il parle Margo, il pense Margo, il vit Margo. A chaque fois qu’il parle à ses amis après sa disparition c’est pour parler d’elle je trouve qu’il se centre beaucoup trop sur elle et je peux comprendre que ça agace ses amis. Et maintenant parlons de Ben. Bon alors là coup de cœur du siècle haha j’ai adoré sa personnalité, il est complètement fou. Je le trouve hilarant, il m’a fait sourire à maintes reprises surtout durant le road trip, la soirée chez Becca avec sa fameuse épée en canette de bière, son idée farfelues d’être nu sous les robes le jour de la remise du diplôme, etc.. Les trois amis forment un beau trio avec une belle amitié pleine d’humour et d’autodérision. Ils sont toujours là les uns pour les autres et ne s’abandonnent pas.

Parlons brièvement de la fin du livre et du sens de ce bouquin que j’en retire une fois l’avoir terminé. J’étais un peu déçue par la finalité de l’histoire, je ne m’attendais pas à ça et j’espérais quelque chose de différent. J’ai trouvé tout de même qu’il était très bien écrit encore une fois, qu’il y avait vraiment de beaux passages, par exemple, quand l’auteur fait référence aux villes de papier d’où le titre VO « Paper towns » (bien vu Smiling tu sais lire haha). On ressent parfaitement le malaise de Margo de se sentir comme une fille de papier, c’est bien dépeint. Point positif également pour la dernière phrase du livre qui m’a vraiment plu. Pour vous la citer « Oui, à travers les fentes de l’obscurité, je la vois presque parfaitement. » Alors pour ceux qui n’auront pas lu le livre je suppose que cela ne vous dira rien et que vous n’en comprendrez pas le sens mais j’ai adoré la façon dont l’auteur clos ce bouquin.

Je trouve que tout au long du bouquin l’auteur essai de faire passer un message, un sens profond si je peux appeler sa comme ça. John green a bien retranscrit cela. Au lycée par exemple ou même au collège on se fait souvent une idée des gens qu’on croise, on les idéalise un peu, on peut parfois tomber amoureux de quelqu’un mais souvent on tombe amoureux de l’idée qu’on se fait de lui sans la connaitre. Et une fois qu’un à appris à la connaitre on voit que finalement elle n’est pas la personne qu’on croyait. Les apparences sont très importantes quand on est adolescent, il dépeint très bien cela a travers l’attitude de Margo et la relation qu’elle entretient avec Quentin. Le jeune Quentin était amoureux de l’image que reflétait Margo, une image de fille populaire, en couple avec le plus beau garçon du lycée, ayant de bonnes notes, promise à une grande université, etc… pourtant ce n’est pas ce qu’elle est en réalité. Son image est radicalement différente de celle qu’il a gardé de quand ils étaient enfants. Il l’idéalisait et l’aimait sans vraiment la connaitre une fois adulte. Il se rend compte qu’elle n’est plus ce qu’elle était forcément.

Pour la note je lui mettrais un 14/20 car les longueurs m’ont un peu freiné, mais bravo pour la dextérité avec laquelle John Green écrit et retransmet les émotions. Je vous le conseille chaudement c’est un beau livre plein de poésie et de beauté.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s