Monster – Patrick Bauwen

CHRONIQUE LIVRE #7 : Monster – Patrick Bauwen

(588 pages)

Résumé:

Mon nom est Paul Becker. Je suis médecin. Je vis dans une petite ville, en Floride. J’ai une femme, un fils, un boulot que j’aime. Une existence ordinaire. Jusqu’au jour où je découvre un téléphone portable.

L’un de mes patients l’a perdu dans mon cabinet. Un homme étrange. Dangereux. Soudain, ce téléphone sonne. Et ma vie bascule. Complots. Meurtres. Disparitions. Toutes mes certitudes vont s’effondrer. Pourquoi je vous raconte tout ça? C’est très simple…

Votre vie va basculer aussi.

Avis : Bon alors par où commencer ? Cela faisait bien une semaine que je n’avais pas lu et j’avoue que ça me manquait beaucoup. Et c’est donc avec grand enthousiasme que je me suis plongée dans ce roman. Le résumé promettait un récit haletant, une sorte de course à la vérité si je puis dire et… En effet j’ai été servie !

« Monster » est le second roman de Patrick Bauwen, notre auteur français, mais également le second roman que je lis de celui-ci après « L’Oeil de Caine » que j’avais dévoré et adoré ! Ça avait été une très bonne lecture relatant un huis clos glaçant. Il y fait également un clin d’œil à la fin du roman en le citant.

Ce livre-ci est donc bien différent mais tout aussi bien écrit. Pour vous servir un récit concis de l’histoire, Paul Becker est un médecin qui travaille dans un « Walk-in Clinic » comme il l’appelle c’est en quelque sortes des locaux où il y fait des consultations pour les urgences la nuit. Il y travaille avec sa secrétaire Connie Lombardo. Un soir où il y a une tempête, son meilleur ami et policier Cameron Cole lui emmène un étrange individu menotté appelé « Kosh » afin qu’il le soigne de ses blessures. Quelques heures plus tard, il découvre dans son cabinet, un étrange téléphone rouge sur le sol. Celui-ci se met à sonner et Paul décide de décrocher. De fil en aiguille, il se met à dos son interlocuteur. Mais ce n’est pas tout il décide également, bien trop curieux, de fouiller dans les photos de ce mystérieux téléphone. Et tout par de là. Vous imaginez bien qu’il va donc être mêlé à tout un tas d’affaires, il va voir en l’espace de quelques jours sa vie complètement chamboulée, sa femme et son fils disparaître. Et son passé ressurgir de façon  bien dérangeante, comme par exemple les mésaventures de son père George Dent et qui semble mêlé à ce téléphone et à Kosh.

Ce qui est intéressant dans ce bouquin c’est que nous n’avons pas que le point de vue de Paul. Dans le même temps on fait la connaissance du petit Sean, un enfant d’une dizaine d’année afro-américain, issu d’une famille pauvre. On découvre que Sean à été kidnappé dans un centre commercial. Leur deux « histoires » sont racontées en parallèles, avec des personnages récurrents aux deux protagonistes. On sait par avance qu’ils sont mêlés sans deviner vraiment le pourquoi du comment. C’est agréable de se laisser porter par la plume de l’auteur.

Parlons maintenant des personnages. Globalement j’ai bien aimé Paul Becker, j’ai vraiment eu de la peine pour lui de tout ce qui lui est tombé dessus à cause d’un simple coup de fil. On ressent bien ses émotions et son amour inconditionnel pour son fils Billy. J’ai également beaucoup aimé l’amitié entre lui et Cameron Cole, le flic. On voyait vraiment que quoi qu’il arrive ils restent tout de même soudés, malgré la suspicion, qui reste normale vu l’enquête. J’ai trouvé le personnage de Kosh, le bad guy de l’histoire vraiment horrible ! C’est un sociopathe ça y’a pas de doute à avoir. L’auteur décrit ses actes et on ressent qu’il n’éprouve aucun remord à ce qu’il inflige c’est le plus troublant je pense, mais il est bien dépeint. J’ai adoré mais alors littéralement adoré le personnage de Connie, la secrétaire et infirmière. Elle a un côté je me mêle de tout, franc et drôle que j’ai beaucoup apprécié.

Concernant l’action en elle même car c’est ce qui est promis dans le résumé. Il y en a beaucoup en effet. Les chapitres étant courts on a toujours envie d’en lire un de plus et sans que l’on ne s’en rende compte on a lu 200 pages d’un coup (ça sent le vécu ça croyez-moi… haha). Chaque chapitre comporte soit une information, soit une action, soit une révélation, mais alors je vous le dis que nous n’avons pas le temps de nous ennuyer il n’y a pas de mise en place, nous sommes directement plongés dans l’intrigue. L’histoire en elle-même est bien trouvée, même si tout ce qui touche a des sujets forts comme les réseaux de pédophilie et de trafic de jeunes enfants etc je n’aime pas en lire, on se laisse tout de même porter par l’histoire. J’avais fait une pause de quelques jours au trois quart du livre et je n’ai eu aucun mal à me replonger dans l’histoire, ce qui est un bon point pour un livre quand on ne décroche pas totalement.

Les 150 dernières pages ont été un vrai plaisir à lire. Tout se met vraiment en place on commence à comprendre enfin tous les rouages de l’histoire. Il y a beaucoup de révélations, surtout sur le passé de Paul, qui sont dévoilées. Je dois dire que l’auteur à un don assez diabolique pour nous retourner le cerveau complètement et nous faire changer d’avis de multiples fois, il nous fait nous poser des questions, spéculer sur l’auteur véritable des actes, l’identité de certaines personnes… C’est à chaque fois la personne que l’on attends le moins. C’est un très bon point positif pour un roman thriller/policier.

Dans sa manière de procéder, l’auteur Patrick Bauwen, me fait un peu penser à un autre auteur que j’aime beaucoup : Harlan Coben. En effet sa façon d’avancer dans l’histoire en nous donnant des informations au compte goutte, avec une espèce de quête à la vérité jusqu’à arriver à une fin à laquelle on aurait jamais pensé est similaire à Monsieur Coben, qui n’a plus à faire ses preuves dans le domaine du thriller.

Les points négatifs de ce roman seraient alors pour moi le sujet propre que je trouve assez dérangeant même si c’est quand même du thriller quand ça mêle des enfants c’est toujours glauque à lire. Ainsi que le dernier chapitre avant l’épilogue que je n’ai pas compris du tout. Il m’a laissé sur ma fin. J’aurais peut être souhaité que l’auteur approfondisse avant de nous balancer l’épilogue comme ça mais « Monster » reste tout de même une bonne lecture, j’ai adoré me plonger dans cette folle aventure, vivant les événements avec ce médecin, compatissant à sa peine et ses souvenirs.

Je vous le conseille donc c’est un livre qui se lit très vite malgré le nombre de pages.

Ma note : 15/20.

Publicités

2 réflexions sur “Monster – Patrick Bauwen

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s